Le Crabe des Arts

La reine de beauté de Leenane - Avignon Off 2017


Contexte poisseux, grossièreté, famille qui se déchire et quête désespérée d'amour, il y a du Sam Shepard, voire du Tennessee Williams dans ce spectacle captivant et "borderline".


Comédie noire

Bien sûr il n'y a pas de quoi choquer et la mise en scène demeure conventionnelle, à tendance grand public. D'autant que la star Marie-Christine Barrault attire vraiment une large cible. Pourtant La reine de beauté de Leenane n'est pas un spectacle lisse, bien au contraire, il est plein d'aspérités et de fissures.
Dans ce qui s'apparente à un trou paumé et froid, là où les habitants sont peu instruits et pas du tout amènes, vit Maureen, 40 ans, avec sa mère Mag. Toutes deux se haïssent mais doivent pourtant faire avec, car la vieille Mag ne peut plus s'occuper d'elle-même et sa fille Maureen n'a jamais rencontrer un garçon avec qui faire sa vie.
Avec son lieu unique, La reine de beauté de Leenane s'apparente à un huis clos âpre, avec quatre personnages aux contours flous. Ainsi il est difficile pour le spectateur de discerner les véritables enjeux de chacun des protagonistes, et c'est ce qui fait la force de ce texte qui réserve de belles surprises. Les caractères sont nuancés, disposant de plusieurs facettes, et donnent du relief aux situations. On a également droit à une bonne dose de suspense, avec des messages écrits à transmettre ; mais délivrer une lettre avec un être malhonnête au milieu, ce n'est vraiment pas évident.

Seule Sophie Parel, à droite, était de la distribution ce jour-là
Seule Sophie Parel, à droite, était de la distribution ce jour-là

Réussite

Il faut évidemment saluer la performance de Marie-Christine Barrault qui, dans son rôle de vieille retorse Mag, s'avère excellente. Que ce soit dans sa gestuelle, ses regards ou sa voix éraillée lorsqu'elle hausse le ton, la comédienne est criante de vérité. On prend autant de plaisir à la voir évoluer sur le plateau que son personnage est vachard avec les autres.
Sa fille est interprétée par Sophie Parel, qui signe également la mise en scène et offre une Maureen ordinaire à souhait mais pleine de vivacité et avec une touche de fragilité. Leur duo fonctionne à merveille et leur relation exécrable nous touche. Une certaine violence, et pas seulement psychologique, transparaît dans cette cuisine naturaliste où l'eau bouillante nous donne le frisson. Notons aussi le jeu d'Alexandre Zambeaux, qui accorde du crédit à son personnage de dragueur débonnaire.
Quant à l'auteur, Martin McDonagh, il est davantage connu sous nos latitudes pour ses réalisations ciné (Bons baisers de Bruges et 7 psychopathes), que pour ses nombreuses pièces de théâtre non traduites en France. Et pourtant quelle plaisir de retrouver son écriture dans La reine de beauté de Leenane ! Il y dissèque un mémorable rapport mère-fille, complexe et destructeur.
Si vous aimez Edward Albee ou Tracy Letts, n'hésitez pas, vous allez vous régaler !

LA REINE DE BEAUTÉ DE LEENANE
De Martin McDonagh
Mise en scène de Sophie Parel
Avec Sophie Parel, Marie-Christine Barrault, Alexandre Zambeaux et Arnaud Dupont
Jusqu'au 30 juillet 2017
À 17h05 au théâtre des Corps Saints, 76 place des corps saints
Durée : 1h15

Rédigé le Lundi 17 Juillet 2017 | Lu 91 fois | 0 commentaire(s)



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Août 2017 - 10:38 SLEEPING POINT - AVIGNON OFF 2017

Samedi 22 Juillet 2017 - 11:18 UN DEMOCRATE - AVIGNON OFF 2017