Le Crabe des Arts

Lucky Luke et Gaston : la bd fête ses héros


Deux des plus célèbres personnages de la bande-dessinée franco-belge ont fêté leur anniversaire. Retour sur les événements qui ont marqué le coup.


Anthologie en 60 gags parues chez Dupuis
Anthologie en 60 gags parues chez Dupuis

DES GEANTS DE LA BD

L'un est un cow boy solitaire, l'autre un héros sans emploi. L'un erre loin de son foyer, l'autre évite le travail avec ses copains de chez-Smith-en-face. L'un a pour seul compagnon un cheval rigolard, l'autre vit entouré de toute une ménagerie et de collègues râleurs...
Gaston et Lucky Luke sont les deux créations phares de leur auteur, celles dans lesquelles ils ont mis leurs tripes et pour lesquelles ils se sont battus becs et ongles : Franquin a abandonné Spirou, Morris claqué la porte de Dupuis. Les deux personnages sont des icônes et leur anniversaire est l'occasion de revenir sur leur longue carrière.

Affiche de l'exposition
Affiche de l'exposition

60 ANS ? M'ENFIN !

Gaston c'est Franquin. Un Franquin antimilitariste, poète et écolo qui en avait marre d'un Spirou lisse et bien pensant. Un Franquin rebelle et rêveur, qui trouve dans la création bordélique un antidote aux Idées noires qui l'envahissent.
Gaston est né le 28 février 1957 dans Spirou, comme animation des marges par  Franquin et Delporte. Il lui faudra deux ans pour obtenir sa demi-page hebdomadaire et pendant dix ans Franquin développera son univers (M de Maesmeker, Jeanne, Longtarin, Prunelle, le gaffophone, la Fiat...) Mais c'est l'abandon de Spirou et Fantasio et le passage à la planche entière en 1969 qui lui permettront de laisser libre cours à sa fantaisie, l'âge d'or prenant fin en 1974. Gaston sera le seul personnage qu'il n'abandonnera jamais, et ce malgré les projets et la dépression.
Outre un coffret luxe de 22 albums remastérisés et recolorisés et des anthologies thématiques en 60 gags, l'année sera marquée par des événements : l'exposition Gaston : au-delà de Lagaffe au centre Pompidou, le tournage du film Gaston Lagaffe avec PEF à la réalisation et Théo Fernandez dans le rôle titre (sortie le 4 avril 2018), les jeux #DEFISGASTON sur le Facebook officielle du personnage...

Lucky Luke vu par Matthieu Bonhomme
Lucky Luke vu par Matthieu Bonhomme

70 ANS QU'IL TIRE PLUS VITE QUE SON OMBRE

Moins personnel que Gaston et naturellement parodique, Lucky Luke a été repris dès la retraite de Morris. C'est donc pas moins de trois nouveaux albums qui fêteront les 70 ans du cow-boy : La terre promise de Achdé et Jul, L'homme qui tua Lucky Luke de Matthieu Bonhomme et Jolly Jumper ne répond plus par Matthieu Bouzard.
Si le premier est un album classique mais pas désagréable où Lucky Luke escorte une famille de migrants juifs, Jul prenant la relève de Gerra, Pennac et Benacquista pour un florilège de jeux de mots et clins d’œil très Goscinny, les deux autres font bien plus l'événement. Albums hommages « Lucky Luke vu par », ce sont des récits personnels, qui jouent avec les codes comme le faisait Morris, Bonhomme dans un registre élégant et réaliste et Bouzard au quatorzième degré.
Des temps forts ont aussi marqué l'année 2016 : nouveau site du héros, compte Twitter officiel Follow @LuckyLukeComics, édition luxe de Phil Defer album mythique de 1956, exposition L'art de Morris à Angoulême et son livre particulièrement soigné, mettant l'accent sur le dynamisme du trait de Morris et ses échanges avec l'art contemporain notamment le pop-art via la colorisation...
Certes il faut faire le tri entre hommage nécessaire et marketing nostalgique, mais ces anniversaires témoignent de la grande place de la bande-dessinée dans l'art du XXe siècle et de l'importance de deux géants dans son histoire.

Rédigé le Lundi 1 Mai 2017 | Lu 35 fois | 0 commentaire(s)



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 1 Avril 2017 - 06:00 Lou !

Mardi 28 Février 2017 - 22:17 Corto maltese : Sous le soleil de minuit