Le Crabe des Arts

Orange is the New Black - Saison 4


Déjà quatre saisons pour « Orange is the New Black », quatre années de larmes, de rires, d'humains, de folie et Jenji Kohan, la créatrice, est loin d'en avoir fini...


Alors que la troisième saison avait davantage mis en avant le côté dramatique de la série en nous laissant dans le suspense le plus total : Alex ? Le lac ? Le melon de Piper ? La quatrième saison d'Orange is the New Black répond avec génie, dérision et émotion à toutes ces questions de façon survoltée et peut-être bien de la manière la plus sombre de l'histoire de Litchfield...

La débâcle

Entre critiques, caricatures et vérités, cette saison s'attaque une nouvelle fois à l'administration américaine, en mettant davantage en avant la vie du personnel pénitentiaire. Avec le doublement de ses effectifs, la prison est aussi au cœur de la polémique sur la surpopulation des prisons, la déshumanisation des détenues et l'abus de pouvoir qui l'accompagne.


Côté détenues, des clans se forment et un vent de racisme/néo-nazisme – dirigé, malgré elle, par Piper (Taylor Schilling) – s'abattent sur Litchfield. En dépit des débordements, le mot de la fin est « solidarité féminine » suite à la mort tragique - sérieux ? - de l'une des détenues leur rappelant tristement qu'elles se trouvent toutes dans le même bateau.


Traitement de défaveur

Le casting d'Orange is the New Black, bien que déjà conséquent, demeure toujours aussi incroyable et taillé sur mesure. La série doit réellement tout à ses acteurs, au talent et au charisme indéniables. L'apport constant de nouvelles têtes, aussi bien du côté du personnel pénitentiaire que des détenues, donne à chaque saison une vague de fraîcheur, permettant à la série de ne pas perdre de son entrain.


Uzo Aduba déjà récompensée d'un SAG Awards et d'un Emmy pour son incroyable performance en tant que Suzanne « Crazy Eyes », reste toujours aussi bluffante et trouve, cette saison, plus loufoque qu'elle, en la personne de Lori Petty, l'interprète de Lolly. Avec un jeu touchant, ce personnage complètement barré n'en demeure pas moins attachant.


Cette saison, la prison accueille une détenue de marque, Judy King, une Martha Stewart made in Orange is the New Black, jouée avec classe et dérision par Blair Brown de la série Fringe. Brillante critique du traitement de faveur fait aux célébrités en prison - en contraste avec le personnage de Sophia Burset (Laverne Cox), complètement laissée pour compte - et animation garantie pour les détenues.


Accent à droite, bitch !

*Spoiler Alert*

Comment ne pas terminer cette saison sans parler de Poussey (Samira Wiley) ! Orange is the New Black a son lot de personnages dont l'histoire et le destin font de la peine mais là, Jenji Kohan a tapé fort. En plus d'être attachante au possible et de ne jamais rien demander à personne, cette saison, Poussey avait trouvé l'amour et même un futur après Litchfield, mais c'était trop beau pour être vrai... Une mort injuste, accompagnée d'un deuil impossible à faire. Rien ne va plus, il est temps de se révolter, aussi bien dans la prison que devant les écrans !

De saison en saison, Orange is the New Black se renouvelle constamment et traite avec justesse des thèmes variés et d'actualité tout en apportant LA pointe d'humour qui rend  définitivement cette série aussi unique qu'addictive.

ORANGE IS THE NEW BLACK - SAISON 4
Genre: Comédie Dramatique
Réalisateur: Jenji Kohan
Avec: Taylor Schilling, Laura Prepon, Kate Mulgrew, Natasha Lyonne
Pays: Etats-Unis
Chaîne: Netflix
Date de Sortie: 17 Juin 2016


Rédigé le Jeudi 30 Juin 2016 | Lu 746 fois | 0 commentaire(s)



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 31 Juillet 2017 - 10:32 Archer

Vendredi 30 Juin 2017 - 13:42 Dirk Gently : Détective holistique